Papeterie de Vaux le jeudi 20 octobre

lundi 24 octobre 2016


- le matin rando de 12 km guidée par Jacqueline qui avait animé la rando de la Forge de Savignac-Ledrier l’an dernier.
- Pique-nique tiré du coffre des voitures entre 13H et 13H30. Il y a un abri en cas de mauvais temps.
- à 14H30 visite guidée de la Papeterie pour la somme de 4€ par personne a la charge des participants
- Prévoir un en-cas pour la matinée. La rando ne présente pas de difficulté particulière

- Tracé du parcours
- Fichier gpx du tracé : Papeterie de Vaux

GRANGES OVALAIRES

JPEG - 609.3 ko JPEG - 325.5 ko

Parmi les édifices utilitaires de l’extrême Est du Périgord Vert, il faut signaler une particularité, les granges ovalaires.
Ce type de grange se rencontre dans une aire géographique très limitée, à la jonction des trois départements de la Haute-Vienne, la Corrèze et la Dordogne. Des 2000 recensées au XIXe siècle, il n’en subsiste qu’une cinquantaine. Véritables chefs-d’œuvre d’architecture vernaculaire, elles sont peut-être la survivance d’une technique analogue en Angleterre, en Europe du Nord occidentale, en Espagne, Monténégro, Macédoine...
Quel ingénieux voyageur a ramené, ici, la conception de tels bâtiments agricoles dès le XVIII ème siècle ? Compagnon, charpentier de marine ?
Autrefois couverte de chaume, la toiture, s’élevant parfois à 10 m de haut, descend jusqu’à 1 m du sol ; ni pignons ni arêtes ; les arbalétriers de la charpente, parfois « courbios », prennent appui sur 4 ou 6 poteaux partant du sol. Un muret en appareillage de divers matériaux ceinture la grange abritant l’étable avec ses « cornadis » et le fenil. Sous une avancée du toit, un haut portail à 2 ventaux accueillait les charrettes de foin et parfois de blé. Une ou deux petites portes permettait l’entrée des animaux.
4 de ces granges, sur la commune de Payzac, sont protégées au titre des Monuments Historiques. Même si les tôles qui les recouvrent sont peu esthétiques, elles ont permis de les protéger et de les conserver jusqu’à nos jours.

JPEG - 330.3 ko

PONT LASVEYRAS ou MOULIN DE LA RESISTANCE

JPEG - 359.9 ko

Au matin du 16 février 1944, un groupe de jeunes résistants, réfugiés au moulin du « Pont Lasveyras », situé aux confins de la Dordogne, la Haute-Vienne et la Corrèze au bord de l’Auvézère, était surpris par les troupes nazies. 34 jeunes résistants périrent, 13 maquisards furent déportés. Seuls 8 d’entre eux en reviendront vivants et témoigneront de cet épisode bouleversant de l’Histoire locale.
Pour éviter que ces hommes ne meurent une deuxième fois de l’oubli, cet ancien Moulin de la papeterie fut racheté par la Communauté de Communes du Pays de Saint-Yrieix en 2005, afin de mettre en lumière, un lieu de notre mémoire locale.
Bien qu’une stèle des martyrs ait été érigée sur le site pour rappeler aux visiteurs et habitants le sort de ces résistants, cette page de notre histoire reste peu connue, et ce, même au niveau local.
Un syndicat Intercommunautaire est créé en 2008 : le « Syndicat Intercommunal du Moulin de la Résistance et de la Mémoire du Pont Lasveyras ». Il regroupe 3 communautés de communes, Pays de Saint Yrieix, Lanouaille et Pompadour. Il est présidé par Francis Comby, Maire de Beyssenac.
Sa vocation est d’aménager le Moulin en un espace dédié à la Mémoire des lieux et accueillir des expositions sur le massacre du Pont Lasveyras et des hauts lieux de Résistance du secteur, en collaboration avec le Bataillon Violette et l’Amicale des Familles et Amis des Victimes du Nazisme Limousin – Périgord. JPEG - 597.5 ko
Tous les ans, à la date anniversaire, a lieu une cérémonie de commémoration du massacre du Pont Lasveyras à la croix de Fer sur la commune de Saint-Yrieix. Elle se poursuit ensuite à Payzac et à Savignac Lédrier, pour se terminer sur les lieux de la tragédie.
D’importants travaux de restauration et d’entretien des abords ont été nécessaires, pour répondre aux objectifs du syndicat : réhabilitation du Moulin, archives muséographiques, création d’un chemin de la mémoire, restauration de la digue et des abords de la stèle, aménagement d’un parking.
Le coût global s’est élevé à près de 215 000 euros, par l’Etat, les Conseils Généraux de la Corrèze et de la Dordogne, la Communauté de Communes du Pays de Saint Yrieix, le Crédit Agricole Centre France et la Fondation du Patrimoine, dans le cadre d’un appel au Mécénat Populaire.
(Extrait site du Pays de Saint-Yrieix-la-Perche).


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 21 juin 2018

Publication

363 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
5 Sites Web
3 Auteurs

Visites

4 aujourd’hui
26 hier
29673 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés